LES ENTREPRISES TUNISIENNES S’ADAPTENT AU SOCIAL SELLLING

Les usages ont changé donc les approches aussi, d’où l’apparition du social selling qui consiste à mettre en place une démarche commerciale pour développer ses ventes en utilisant les réseaux sociaux.

Ne vous méprenez pas ce n’est pas de la pub sur internet direct via votre page Facebook ou votre site web, mais la démarche est basée entre autre sur le partage de contenus à valeur ajoutée pour créer des échanges et des émotions.

C’est le commercial d’un genre nouveau 2.0 🙂 ! Il permet à l’entreprise de rester proche de ses clients et d’échanger sur les nouveaux produits ou services en rendant le parcours d’achat plus fluide. L’intérêt est d’apprivoiser sa communauté avant de se lancer dans la vente proprement dite : comprendre leurs intérêts et leurs attentes.

Utiliser les bons outils pour déclencher des interactions et des échanges fructueux : Les PowerPoint d’hier sont aujourd’hui les articles de blog, les infographies…

Sur le Benchmark Kpeiz en analysant les posts on voit bien l’aisance d’Orange Tunisie avec ce type de démarche avec 77130 interactions le 09 mars 2018 : La marque utilise un système de jeu pour déclencher les échanges et vendre ses produits au niveau de ses différentes boutiques.

C’est bien ce qui fait qu’elle garde sa 2ème place en termes de fans et d’interactions sur le Benchmark Kpeiz

Pour booster leurs ventes en ligne Fatales, par exemple, suit une approche de conseiller commercial en expliquant le chemin à suivre de façon simple et efficace pour rediriger sa communauté sur sa plateforme de vente en ligne.

Le social seller doit savoir suivre et mesurer ses performances avec les bons outils, pour analyser qui est le plus actif sur les réseaux et détecter ce qui contribue le plus au chiffre en termes de contenu et de communication. Le reste devient un jeu d’enfant.

Add comment