CatastrophenaturelleRS

Le rôle des réseaux sociaux au cœur des catastrophes naturelles

Les catastrophes naturelles sont rarement prévisibles et rien n’empêchera de se trouver au mauvais endroit.

Face à des forces de la nature, impossible de toujours maîtriser, les médias sociaux constituent un nouveau canal de communication qui permet d’associer les citoyens dans une démarche participative pouvant sauver des vies, en réduisant le temps d’information en cas d’alerte.

Facebook au service de l’humanitaire

Facebook met en place le service “Safety Check”, permettant aux personnes situées à proximité d’une catastrophe d’informer leurs familles et amis qu’elles étaient saines et sauves.

En un clic, vous pourrez ainsi avertir tout le monde que vous êtes en sécurité.

Une section « communauté » est mise à votre disposition pour trouver ou proposer de l’aide. Vous accédez à une liste de type d’aide tels qu’un abri, de la nourriture, etc. Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez, il suffit de créer une publication pour demander ou offrir de l’aide.

Une autre section « Collectes de fonds » permet aux organismes à but non lucratif de récolter des dons pour venir en aide aux gens touchés par une crise.

Voilà à quoi ça ressemble!

En savoir plus sur les services de crises de Facebook.

Sauver une vie peut commencer par un #hashtag

Le hashtag est devenu une manière d’exprimer l’engagement dans une cause et de centraliser les messages autour d’un terme bien précis.

Sur Twitter, les attentats, tout comme les catastrophes naturelles ont déclenché un véritable phénomène de solidarité collective via des hashtags tels que #RechercheParis pour retrouver des proches ou encore l’initiative reprise lors de l’incendie de Dubaï où les victimes pouvaient trouver un lieu où dormir avec le hashtag #NeedAnAddress.

Soyez responsable !

Des internautes volontaires se mobilisent pour diffuser l’information officielle sur la crise, et remonter de l’information de terrain, via tous les moyens offerts par les réseaux sociaux : Statuts Facebook, tweets, photos géolocalisées, vidéos et bien d’autres.

Il est néanmoins recommandé de diffuser que des informations fiables pour éviter la propagation des rumeurs ! Toute information erronée peut menacer le bon déploiement des équipes de secours et faire courir aux autres des risques supplémentaires.

Hend Jaber

Add comment